You are here

Métiers Ingénieur : Sales & Marketing

Sur le point de choisir une formation ou de vous réorienter ? Ingénieur? Quels sont les métiers d’avenir ? Leurs défis, les points de différenciation, ce que l’on y gagne … Aujourd’hui, pleins feux sur le Sales & Marketing.

Par Jobat.be

sales_marekting_ingénieur_only_engineer_jobs

Même dans un contexte économique fragile, le Sales & Marketing reste une valeur sûre et offre encore des opportunités. En 2013 en France, 1/5 des recrutements de cadre concernent le secteur. 2012 se situait dans la lignée de 2011 en termes d’embauches de commerciaux, affichant une légère augmentation (+1,5%).

Digital et proximité client

Les fonctions marketing et commerciales ont de belles perspectives devant elles, particulièrement dans le secteur de l’e-commerce. Les deux métiers tendent à se rapprocher. Les fonctions marketing sont appelées à s’orienter davantage vers le client et à s’axer sur la fidélisation de la clientèle et la proximité avec la marque. Les outils CRM (Customer Relationship Management) les soutiennent dans cette tendance.

Les étudiants se positionnent trop tard sur le digital

Les entreprises recherchent des opérationnels du web : les profils marketing ont tout intérêt à continuer à développer leur expertise dans le digital avec toutes ses dimensions relationnelles, dans la relation client, dans l’innovation et dans la responsabilité sociétale (RSE).

La fonction marketing était auparavant davantage ouverte aux métiers littéraires, aux profils issus de la communication, notamment. Elle devient de plus en plus scientifique, les profils recherchés ont des compétences dans les mathématiques, étant donné que la gestion des données est devenue plus accessible et meilleur marché via le web.

Le commercial doit revenir à une fonction de consultant spécialisé

Quant aux sales, on attend d’eux qu’ils continuent à apporter de nouveaux marchés, de nouveaux clients tout en se focalisant sur la fidélisation à long terme de leur portefeuille. De par l’internet, les clients sont de plus en plus informés. Développer une dimension de conseil est donc requise. Les sales doivent être capables d’analyser des besoins de plus en plus compliqués.

Gros plan sur 5 Métiers d’avenir ... 

1. Traffic Manager

Chasseur d’audience, il analyse les chiffres de visite pour optimiser la visibilité des sites ainsi que les leviers d’acquisition du trafic sur les sites d’e-commerce (référencement, partenariats). Sa mission est de déchiffrer le parcours des internautes, le nombre de clics, de pages vues etc. Il rend des comptes à ses collègues du marketing & sales, mais aussi aux partenaires extérieurs auprès de qui il a négocié des contrats. La demande de trafic managers est en croissance et dépasse le cadre des sites e-commerce, vu la généralisation de l’internet à tous les domaines.

Son plus grand défi ?
Combiner les compétences d’un bon commercial avec les qualités d’un fin analyste.

Compétences clés :
Goût des chiffres ; Orientation résultats ; Capacité à communiquer et à négocier ; Curieux, à l’écoute du marché et des nouvelles tendances ; Innovant et créatif, capable de proposer des solutions évolutives.

Conseil de pro :
Le recruteur sera attentif au candidat présentant des expertises dans plusieurs domaines ; un savoir-faire technique certes sera apprécié mais également une bonne compréhension des comportements clients. Ce qui devrait positionner le trafic manager sur une fonction de conseil pour les autres départements de l’entreprise.

Pourquoi est-ce un métier porteur ?
Les sites actuels se doivent d’être rentables. Le souci du retour sur investissement est une préoccupation constante et universelle. Cela réclame des spécialistes en analyse et en optimisation de trafic. Le métier est déjà en pénurie. Il connaîtra des mutations importantes pour rester en phase avec les outils de business intelligence.

Rémunération moyenne :
35.000 € (Selon jcomjeune.com.) 

2. Responsable Marketing Digital

Il a pour mission de véhiculer une image de marque sur le web. Il a pour outils les différents canaux - web, mobile, tablette… - et leurs différents usages - réseaux sociaux, web collaboratif, applications mobiles, télé interactive ... - ainsi que les nouvelles pratiques pour créer le trafic - pub on line, référencement, buzz ...

Son plus grand défi ?
Le Responsable Marketing Digital doit pouvoir suivre l’évolution constante des technologies requises par le métier. A cette fin, il organise un aller retour permanent entre le terrain et la veille technologique afin de rester à la page en matière de technologies.

Compétences clés :
Capacités d’analyse ; Maîtrise des outils techniques sans être programmeur ; Compétences en ergonomie de site ; Connaissances en marketing viral et en community management.

Conseil de pro :
Le recruteur sera sensible aux candidats présentant une compétence très large allant de la stratégie au marketing opérationnel. Curiosité, Créativité et Adaptabilité. : ce sont les 3 qualités les plus recherchées chez le Responsable Marketing Digital, selon une enquête réalisée auprès de 400 Directeurs Marketing par le Club des Annonceurs en France, en octobre 2011.

Pourquoi est-ce un métier porteur ?
Dans une optique de réduction des coûts, les entreprises sont amenées à penser leur stratégie web. De par les possibilités de tracking offertes par le net, le marketing web alimentera de plus en plus le marketing direct : récolte d’adresses, infos sur les comportements d’achats des internautes ... Le Web Marketeer interviendra de ce fait de plus en plus en amont.

Rémunération moyenne :
42.000 € (Selon le baromètre français des salaires Expectra 2012.) 

3. Community Manager

Il anime les communautés web et gère l’image de son entreprise sur les réseaux sociaux. Une fonction qui a un bel avenir devant elle, au vu de l’essor du web et du webmarketing. Son objectif ? Intégrer les clients comme des acteurs de la marque. Son rôle devient moins axé sur la modération et la gestion de projet, au profit de la capacité d’innovation, nécessaire pour soutenir la notoriété d’une marque ou d’un produit.

Son plus grand défi ?
Le Community Manager se distingue plus par sa façon personnelle d’investir le web que par ses compétences techniques. Il doit rester constamment en veille pour se tenir au courant de tout ce qui se passe sur la toile.

Compétences clés :
Ultra connecté ; Curieux, fasciné par le web ; Capacité à inventer des solutions ; Personnalité réactive et à forte capacité d’écoute.

Conseil de pro :
Le recruteur type d’un Community Manager est une agence digitale. Il s’intéressera à l’expérience que le candidat témoignera dans un domaine ou sur un sujet et à sa capacité à faire le lien entre son expérience et la marque de l’entreprise sur laquelle il intervient.

Pourquoi est-ce un métier porteur ?
Les PME deviennent elles aussi conscientes de l’enjeu de développer et de gérer leur marque employeur sur le web. L’avenir du Community Manager sera de se spécialiser dans une thématique ou un support, un produit, une cible… Il approfondira selon le cas l’ensemble des supports faisant le lien entre la marque et le client/ consommateur, ou bien s’intéressera à l’ensemble des acteurs influents et des lieux d’expression sur un thème donné.

Rémunération moyenne :
35.000 € (Selon le baromètre français des salaires Expectra 2012.) 

4. Ingénieur Commercial

Un chasseur à l’échelon de plus en plus international chargé de prospecter, de développer le portefeuille clients, de porter l’image de l’entreprise, sa mission est de vendre des produits ou des prestations de service à forte valeur ajoutée, souvent techniques. Exemple : des produits d’assurance.

Son plus grand défi ?
Le contexte économique actuel est fragile et soumis à une forte concurrence, cela demande énormément d’énergie pour chasser et trouver sans cesse de nouveaux débouchés. Le métier est de plus en plus exigeant. Par ailleurs, les entreprises s’ouvrant à l’international et à l’export, elles réclament de plus en plus ses compétences en langues étrangères (anglais surtout).

Compétences clés :
Excellente connaissance métier pour connaître la portée des produits ; Vraie pédagogie nécessaire à la vente de produits complexes ; Compétences linguistiques ; Capacité d’écoute et force de persuasion. Dans le secteur des assurances, capacité à suivre l’évolution des statistiques et excellente connaissance des contrats proposés.

Conseil de pro :
Le recruteur attend que vous soyez une force de proposition pour mobiliser votre équipe, voire des prestataires externes. Il cherchera des candidats expérimentés (5 ans minimum) capables de se remettre en question et de prendre des risques.

Pourquoi est-ce un métier porteur ?
Sont très recherchés, les candidats témoignant d’une double compétence (commerciale et linguistique ou commerciale et technique). La fonction évolue vers un rôle d’accompagnement du client dans l’adoption de produits à haut degré de technicité, requérant un certain niveau de spécialisation.

Rémunération moyenne :
41.410 € (Selon le baromètre français des salaires Expectra 2012.) 

5. Chargé d’affaires

A la croisée des champs commerciaux, financiers et techniques, le chargé d’affaires (dans l’industrie ou les services) a une expertise de pointe, ce qui fait de lui l’interlocuteur privilégié des clients. Il répond à leurs besoins de manière adéquate et se soucie d’optimiser les solutions proposées. Il ‘évolue sur le terrain près des opérationnels, mais il sert aussi d’interface entre les clients et les fournisseurs.

Son plus grand défi ?
Les clients devenant de plus en plus exigeants, sa fonction se complexifie et s’oriente de plus en plus vers une mission de conseil.

Compétences clés :
C’est d’abord une formation technique qui constitue la base de ses compétences. L’aspect commercial vient en supplément ; Capacité d’écoute ; Aptitude à fonctionner en mode projet.

Conseil de pro :
Le recruteur sera attentif à votre capacité à mener des projets dans le temps, à en suivre les étapes jusqu’à leur bonne fin.

Pourquoi est-ce un métier porteur ?
Le chargé d’affaires reste un maillon indispensable aux organisations. Il aura intérêt à se spécialiser pour une meilleure adaptation aux besoins des clients et à la complexité des solutions.

Rémunération moyenne :
55.900 €, en évolution de 3,9% entre 2011 et 2012. (Selon le baromètre français des salaires Expectra 2012.) 

Autres métiers émergents

Certaines spécialisations voient le jour. Dans le secteur de la distribution, le trade marketing, le category management et le merchandising deviennent incontournables. Dans l’e-commerce, toutes les disciplines du marketing client sont indispensables : CRM, datamining, communication client. En business to consumer, de nouvelles qualifications émergent : buzz marketing, marketing interactif, marketing communautaire ...

Exemples de nouveaux métiers : Référenceur SEM/SEO , e-reputation Manager ...

> Lire aussi : C’est quoi un ingénieur en Belgique ?

> Lire aussi : Comment devenir ingénieur en Belgique ?

> Lire aussi : Découvrez nos fiches métiers sur les métiers de l'ingénieur !

> Offres d'emploi ingénieur : Jobs ingénieur

Vous avez une suggestion, un commentaire à émettre vis-à-vis du contenu de cet article ? Contactez-nous via hello@onlyengineerjobs.com

(sc) - Sources : http://www.jobat.be/fr/articles/focus-metiers-sales-marketing/